Insertion professionnelle

Les métiers de l’environnement ont de l’avenir

L’EME l’a bien compris : quel que soit leur secteur d’activité, les entreprises prennent de plus en plus en compte les enjeux du Développement durable. En effet, la réglementation « environnement » s’est considérablement renforcée depuis quelques années. En 2010, la loi Grenelle 2 impose aux entreprises de présenter un bilan social et environnemental contenant des informations sur leur engagement en faveur du Développement durable. Depuis 2015 et la 21ème  Conférence des Parties de Paris, le relai a été pris pour créer une dynamique de progrès dans un objectif de respect de l’environnement. L’entrée en vigueur de l’accord de Paris dès le 4 novembre 2016 est la preuve de la détermination collective de s’engager dans la Transition.

C’est dans ce contexte que se place l’Ecole des Métiers de l’Environnement. En adaptant ses formations aux évolutions des réglementations et innovations technologiques pour les entreprises et les territoires, l’EME forme des professionnels prêts à répondre aux besoins de toutes les entreprises en matière de Développement durable.

L’environnement concerne tous les types d’organismes :

  • Les éco-activités:

On y trouve la plupart des métiers liés à l’environnement : la gestion de l’eau, la préservation des ressources, la valorisation des déchets sont des secteurs en essor permanent qui requièrent des compétences sans cesse renouvelées.

  • Les entreprises de tout secteur:

Se placer dans une démarche d’évaluation et d’amélioration continue de ses impacts propres comme de ceux du territoire où l’entreprise est installée est maintenant une évidence. Les démarches se déclinent de façon différente suivant les activités.

  • les organismes institutionnels:

On y trouve également de très nombreux professionnels de l’environnement. Cela concerne les établissements publics, agences, collectivités, etc. Ils sont tous demandeurs de spécialistes en matière de réglementation, de construction durable, de gestion des eaux et des déchets pour intégrer le volet environnemental à leurs projets.

  • Les bureaux d’études ou cabinet de conseils :

Les consultants répondent aux questions des organismes sur des points bien précis : en environnement cela peut-être des questions relatives aux sols pollués, à l’éco-conception, … nombre de professionnels de l’environnement trouvent donc place dans ces structures.


Insertion professionnelle des INGÉNIEURS en Génie de l’Environnement

L’Ecole des Métiers de l’Environnement réalise chaque année une enquête auprès de ses anciens élèves concernant leur insertion professionnelle. Voici quelques éléments statistiques qui ressortent de l’étude réalisée en juin 2016 auprès des promotions Ingénieur sortis de 2012 à 2015.

Durée moyenne de la recherche du premier emploi

La moitié des jeunes diplômés trouvent un emploi avant même la fin de leur cursus à l’Ecole.. On enregistre un taux de placement d’environ 65 % à 2 mois et de 80 % à 6 mois.

Principales structures d’emploi

Le cœur de la formation ingénieur de l’EME étant la connaissance des traitements physico-chimiques et biologiques pour une meilleure gestion des impacts environnementaux, les étudiants se dirigent naturellement vers le secteur des éco-activités (23%) dont l’objectif est la prévention et le traitement des pollutions, ou les bureaux d’études (25%) traitant ces thématiques en réponse aux collectivités locales et aux entreprises industrielles.
Les diplômés s’orientent également vers les entreprises industrielles (16%) et les collectivités locales et autres administrations (8%)
Le secteur tertiaire (11%) offre également de plus en plus de postes orientés vers le management environnemental, le Développement durable.
Enfin, en terme de domaine d’application, nos diplômés s’orientent de plus en plus vers le bâtiment, la construction (8%)… mais aussi l’enseignement, la recherche, les activités scientifiques et techniques, etc.

Taille de l’entreprise

La répartition des anciens élèves selon la taille de l’entreprise est assez homogène, ce qui s’explique par la grande diversité de structures d’emploi et de postes accessibles : aussi bien des postes en bureaux d’études et sociétés de conseil, parmi lesquels se comptent nombre de petites structures indépendantes, que des emplois au service de groupes éco-industriels de dimension multinationale…

Fonction exercée dans l’entreprise

On note la prédominance des fonctions d’études, de conseil et d’expertise qui représentent 32,7% des emplois.

Rémunération moyenne

A l’entrée dans la vie active, les diplômés de l’EME perçoivent en moyenne 34 k€ après 3 ans d’expérience.

Lieu de travail

De plus en plus, grâce à l’ouverture acquise lors des séjours à l’étranger dans des universités partenaires par le dispositif ERASMUS+, 9% de la dernière promotion sont en poste à l’étranger.

Poursuite d’études après le diplôme d’ingénieur

Certains étudiants sortants souhaitent poursuivre leurs études (24%), notamment en intégrant le Mastère Spécialisé® Economie Circulaire, les outils de l’Ecologie industrielle et de l’Eco-conception, proposé par l’Ecole. Cette formation de 12 à 18 mois à orientation professionnelle permet d’élargir ses compétences à l’échelle des territoires.


Insertion professionnelle des BACHELOR Coordinateur Environnement

Poursuite d’études après le Bachelor

41% de nos élèves diplômés du Bachelor Coordinateur choisissent de poursuivre leurs études en approfondissant l’un des domaines travaillés en Bachelor. 73% d’entre eux continuent ainsi leur cursus pour atteindre un niveau Bac +5 dans le domaine de l’Environnement et du Développement durable. 25% poursuivent à l’EME.
Voici quelques éléments qui ressortent de l’étude d’insertion professionnelle réalisée en juin 2016 auprès des promotions Bachelor Coordinateur Environnement de 2013 à 2015.

Durée moyenne de la recherche du premier emploi

Les jeunes diplômés ont pour 38 % d’entre eux déjà trouvé un emploi avant la fin de leur cursus à l’Ecole. On enregistre un taux de placement d’environ 60 % à 3 mois et de 27 % à 6 mois.

Principales structures d’emploi

Le Bachelor de l’EME étant une formation pluridisciplinaire, les secteurs d’activités dans lesquels s’orientent les diplômés sont variés. La moitié des diplômés intègrent les secteurs des énergies mais aussi le secteur des déchets à 22%.

Taille de l’entreprise

Cela va de petites structures indépendantes (bureaux d’études et société de conseils), aux groupes éco-industriels de dimension multinationale…